Carnet de route

Stage escalade "Terrain d'Aventure" à Annot

Le 20/05/2021 par Fouldrin Mathilde

Du 13 au 16 mai dernier avait lieu une formation FFCAM en escalade «trad» partagée sur les sites d’Annot et les gorges du Verdon. Ce rassemblement annuel est organisé par Christophe Barrière, président de la CFE, et co-animé / co-encadré par Henri-Luc Rillh, conseiller technique FFCAM et guide de haute montagne, Patrice Jammeron et Leo Berman tous deux B.E. escalade. Nous étions plus d’une vingtaine de stagiaires venant de toute la France mais essentiellement de l’Ile de France (Christophe Barrière encadrant le pôle Espoir) et de Savoie, Haute-Savoie.

Le « trad », c’est quoi au juste ?

L’escalade dite traditionnelle consiste à poser ses propres protections sur le rocher en suivant les lignes de failles et toutes les possibilités de protection : lunules, amas de rochers, fissures plus ou moins larges, écailles solides… On l’appelle aussi «T.A.» pour «terrain d’aventure». Les protections les plus usuelles sont des câblés et des friends (voir photo). Arnaud Belhomme, initiateur T.A. au club a proposé l’an dernier l’achat de ce matériel spécifique afin de créer des formations et de proposer des sorties en trad. J’ai pu bénéficier de ce prêt de matériel pour descendre à Annot.

L’objectif du stage

Le but de ce long week-end était d’explorer plus en détails l’escalade en verrous et en grandes voies. La gestuelle du TA est en effet très différente d’une escalade plus classique. Attention donc aux cotations… Sans avoir essayé, difficile d’imaginer que votre niveau sera identique tant vous serez dérouté par les placements et les coincements exigés par le rocher. Dans les grosses fissures, il est possible de bloquer entièrement son corps et de monter ainsi sur toute la longueur de la voie en jouant sur l’opposition entre les mains et les jambes (genouillères et coudières à prévoir !). Un bon gainage aide aussi à la progression dans ces terrains. Pour des fissures plus étroites, il est possible de verrouiller le poing, la main, ou juste les doigts en gardant en tête que les poignets travaillent fortement. Si vous vous y essayez, pensez à bien vous échauffer cette partie du corps que l’on néglige dans une escalade plus classique. En verrous, le grimpeur utilise des gants (la marque Ocun en propose de très bons) ou se les crée avec du strap (méthode dans un prochain article si vous le souhaitez).

Et cette formation, à qui s’adresse-t-elle ?

J’ai voulu suivre cette formation pour pratiquer davantage sur des terrains sur lesquels nous allons rarement par faute de matériel. La mutualisation des protections permet de découvrir des lignes incroyables sur un rocher très compact, le grès d’Annot en l’occurrence. Pour ma part j’y suis allée avec une petite expérience en TA (quelques grandes voies,  et une toute petite expérience de pose de relais qui ne m’a pas été utile). Il est demandé à l’inscription d’avoir un niveau 5c-6a trad et il faut fournir une liste de voies afin de rendre compte de votre niveau habituel en extérieur. Nous avons formé plusieurs groupes sur place pour que chacun puisse progresser dans son niveau (du 6a au 7c ... ça laisse un large panel!) Pour donner une idée générale, j’étais clairement dans les moins expérimentés mais l’ambiance et le partage du groupe apportent beaucoup d’énergie pour se lancer dans des lignes impressionnantes. Il ne faut pas hésiter à entrer en contact avec C.Barrière l’an prochain si l'offre de formation vous intéresse.

Bilan : le trad, c’est « dément »

Après une saison très creuse, la reprise en TA a été un grand bol d’air. Les placements requièrent un tout autre état d’esprit que celui d’une école d’escalade classique. Il ne s’agit pas de «perf» ici, mais bien de réfléchir à faire corps avec le rocher, à mesurer son engagement, à lire les anfractuosités. L’objectif n’est pas non plus de «rentabiliser» votre journée de grimpe. Les grimpeurs en TA sont souvent des passionnés de nature et certes des bons grimpeurs, mais surtout des amoureux de la roche qui savent la lire et s’économiser au maximum pour parvenir à leurs fins. La météo n’a pas joué en notre faveur pour partir en grande voie et nous sommes restés sur Annot, site magnifique aux fissures mythiques. Comme le dit Léo, BE escalade, il existe des lignes «démentes », même dans du 6. Concernant le niveau, vos repères seront totalement différents et par conséquent un bon grimpeur peut tout à fait se retrouver en difficulté dans une voie cotée dans le 5. Rien de grave, c’est aussi cela apprendre le TA! A l’inverse, avec de la méthode, et une bonne dose de mental, vous progresserez facilement et sans vous user les doigts (pas besoin de serrer les prises !). Bref, humilité et plaisir seront les maîtres mots si vous deviez vous inscrire. Pour ma part je suis ravie de cette formation et remercie chaleureusement les encadrants, en particulier Henri-Luc et Léo.

Prochaine saison ?

Si vous souhaitez vous initier, il existe certainement des stages débutants qui vous permettront de découvrir l’activité sur de jolis rochers… A vous de regarder sur le site de la FFCAM. Si vous avez une petite expérience, ce stage vous ira comme un gant de trad! J’espère que cet article vous donnera envie de découvrir davantage les formations en TA et surtout que nous pourrons développer cette escalade au club.

CLUB ALPIN FRANCAIS LE HAVRE
55 RUE DU 329ÈME R.I.
FORT DE TOURNEVILLE
76620  LE HAVRE
Contactez-nous
Tél. 07 83 31 08 92
Permanences :
Vendredi 18 h 00 - 20 h 00 (gymnase Louis Blanc)
Activités du club
Agenda